Vous êtes ici: Accueil / Articles / Concours : Marine Lefèvre, créatrice de « Mon Petit Jama »
Concours : Marine Lefèvre, créatrice de « Mon Petit Jama »

Concours : Marine Lefèvre, créatrice de « Mon Petit Jama »

Interview + concours inside

Les bonnes idées naissent souvent dans des endroits inattendus. Une cuisine, un garage…C’est d’une simple observation quotidienne dans son appartement, à Singapour, que Marine Lefèvre alors Juriste d’entreprise, esquisse l’histoire de Mon Petit Jama. Installée en Asie suite à la mutation professionnelle de son mari en 2002, Marine la maman ressent une certaine lassitude à partir chaque matin et rentrer chaque soir sans jamais voir son fils autrement qu’en pyjama.

« Je partais au travail le matin, la nounou arrivait, mon fils était encore en pyjama. Je rentrai le soir, idem. J’avais beau lui acheter plein de fringues sympas, j’avais assez peu le plaisir de le voir avec. Je ne parle même pas du fait de passer à côté de mon fils à cause de mon emploi du temps chargé ! Il faut savoir qu’il fait très chaud à Singapour donc les velours mignons petits bateaux c’est inenvisageable. Il me restait les pyjamas moches, les matières synthétiques, des super-héros pas forcément classe… Bref, j’ai commencé à mesurer le manque d’offre jolie s’agissant des vêtements de nuits pour enfants ».

Le syndrome du pyjama pourri…

Suite à une deuxième opportunité professionnelle, la famille déménage à Pékin, en chine et s’agrandit avec un deuxième fils. «  Je ne parlais pas un mot de chinois, explique-t-elle. Alors continuer à bosser à temps plein, enceinte et déjà maman d’un aîné c’était trop ! Je me souviens que la première semaine en Chine on a mangé que des tomates. J’avais appris à dire « tomate », c’est tout ce que je savais demander … »

Et puis l’idée du pyjama s’est faite plus précise « Je me suis dit que c’était le moment de se lancer. J’avais du temps et il y a beaucoup d’ateliers de confection ici. Le pire côtoie le meilleur, mais j’ai finalement trouvé deux tailleurs de confiance en bas de chez moi et j’allais vendre ma petite production dans des foires d’expat’ ». Le concept plait ! Les mamans se confessent. Elles aussi subissent le syndrome du pyjama pourri et aimeraient bien trouver des alternatives pour leurs petits. D’autant plus qu’en Chine les supers héros sont encore plus gratinés qu’en France… Dans le genre kitch le pompon est vite atteint !

Après dix années passées en Asie, le mari de Marine retrouve un job en France. « C’était le moment de rentrer reconnait-elle. Les enfants ne connaissaient pas la France. Pour eux c’était essentiellement la pointe du Finistère des vacances familiales. » Pour autant, l’aventure « Mon Petit Jama » ne s’est pas faite toute de suite. « Il a fallu poser ma famille. Mon aîné avait 5 ans et était fortement convaincu d’être chinois ». Nous l’avions scolarisé dans une école chinoise, il ne parlait que chinois… le retour a été difficile pour lui », se souvient Marine.

« De mon côté j’avais pris des contacts en Chine. J’ai mis huit mois à trouver des gens sérieux, des usines accréditées pour l’export capables de produire des tissus avec des encres certifiées aux normes européennes. Des usines qui ne fassent pas travailler les enfants et payent correctement leur ouvriers. J’ai fini par trouver un super atelier qui soit à la fois bon techniquement et éthiquement ». Le passé de Juriste de Marine lui servira d’ailleurs pour mettre au carré toutes les normes obligatoires.

Une levée de Fond en Love Money, via le site Kiss Kiss Bank Bank plus tard, une première collection voit le jour sur le thème du voyage. Ses trucs en plus ? Des pyjamas en Popeline de Coton, inspirés des costumes traditionnels de divers pays. Un travail sur les motifs et les couleurs, initié avec un designer textile basé à Paris.

Et ça marche ! Pour sa première collection, Marine a tablé sur 2000 pièces vérifiées scrupuleusement une à une par ses soins. « J’ai fait les allers/retours en chine pour être certaine de la qualité de mes produits ». Une contrainte de distance malgré tout qui pousse la jeune femme à relocaliser sa production en Europe, pour la deuxième collection en préparation.

Elle conservera toutefois la thématique du voyage, un moyen ludique d’amener les enfants à s’ouvrir sur le monde et ses cultures. Une source inépuisable d’inspiration aussi… les prochains Pyjamas pourraient évoquer la Russie ou le Maghreb pourquoi pas ?

Où acheter Mon petit Jama ? Sur Internet (www.monpetitjama.fr).

Et bientôt en Boutique ! Marine Lefèvre a fait appel à une indépendante pour l’aider à développer un réseau de distribution physique, dans les grandes villes de France. On lui souhaite bonne chance… Stay Tuned !

Pour vous remercier de votre fidélité et parce que je crois fort au produit, je vous offre la possibilité de gagner un authentique Petit Jama, modèles Akita et Miyako . Un cadeau idéal à l’approche de Noël. Comment jouer ? C’est très simple. A partir du 29 octobre, il suffit de liker la page mon Petit Jama (j’irai vérifier 🙂) liker la page Alarme Fœtale (j’irai vérifier aussi re 🙂 ) et de laisser un commentaire sur ma page FB en précisant le genre souhaité du modèle en jeu : féminin ou masculin. Après, vous confiez votre chance au sort ou bien votre sort à la chance, c’est selon, et hop tirage du gagnant dans 15 jours le 16 novembre ! Bonne chance à toutes et à tous !

_MG_9933-15

Article Partenaire

2 commentaires

  1. fred-steph l'aminot

    bonsoir
    merci a vous.
    je tente ma chance!!
    j ai liké les pages fb : fred-steph l’aminott
    j aimerais bien le modèle garçon

    bonne soirée

  2. bonsoir je participe avec plaisir a ce magnifique concours j’aime et partage bonne soirée merci
    fb https://www.facebook.com/vanessa.senk.5

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top